Logo

CIDOC
Boulevard de Grancy 29
1006 Lausanne
021 614 03 00
DOCUMENTS DETAILLES
Titre
Le temps du mourir / sous la dir. de Bernard N. Schumacher ; [Patrick Baudry... et al.]
Lieu Libre-accès
Indice QUESTIONS LIÉES À LA FIN DE LA VIE Cote 8-104.2-85
Type Livre Catégorie Livre
Auteur(s)
SCHUMACHER, Bernard dir.
BAUDRY, Patrick... [et al.]
COLLAUD, Thierry collab.
LARKIN, Philip Joseph collab.
REY, Alicia collab.
Editeur Saint-Maurice : Éd. Saint-Augustin, 2022
Format 269 p. ; 19cm
Collections
Prisme
Notes Bibliogr. p. 249-265. Webblibliogr. p. 265. Ont notamment collaboré : Thierry Collaud, Philip Joseph Larkin, Alicia Rey
ISBN-ISSN 9782889262465
Disponibilité
0 exemplaire(s)

disponibilitéExemplaire non disponible

Date de retour prévu: 13.10.2022
Durée du prêt: 30 jours


Réserver ce document
Matières
fin de vie
mort
accompagnement des mourants
fin de vie:temps (durée):philosophie
soins palliatifs:peur de la mort
compassion:accompagnement des mourants
mort:philosophie
Résumé La société occidentale contemporaine tend à considérer communément le temps qui échappe à la performance et à l'efficacité comme un temps « perdu ». Qu'en est-il du temps du mourir ? Est-il un temps en trop, dépourvu de sens et qualifié d’inhumain ? Ce temps ultime a tendance aujourd'hui à être planifié et maîtrisé à tout prix au nom des principes de l'utilité et de l'indépendance. On veut choisir sa mort, décider quand partir et comment. Le temps du mourir renvoie à la question de savoir s'il existe des temps dans l'existence humaine qui ne « servent » à rien, qui ont leur sens en eux-mêmes. Mais ce temps du mourir, n'est-il pas paradoxalement un des temps clefs de l'existence humaine individuelle et communautaire ? Un temps que l'on est appelé à vivre pleinement ? Le temps du mourir - le nôtre ou celui d'un proche - nous apprend-il quelque chose de notre propre vie, comme aussi de notre existence en communauté ? Est-il un temps d'ajustement à l’essentiel ? Est-il au final le temps de l'espérance plutôt que du désespoir ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage collectif tente de répondre.

Tables des matières

- Le temps du mourir : un temps qui permet de reprendre souffle / Bernard N. Schumacher

- À l'heure de la mort / Bernard N. Schumacher

- Quel temps pour mourir ? / Patrick Baudry

- Le mourant est-il seul ? / Thierry Collaud

- Angoisse de mort en soins palliatifs - une ville sans remparts / Alicia Rey

- «Écouter sa petite voix intérieure» / Philip J. Larkin

- Le juste temps, quand le temps est compté / Damien Le Guay

- Mourir, le temps d'un acte / Nicolas Aumônier

- Les auteurs

- Bibliographie

Biographie des auteurs

Nicolas Aumonier est ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de philosophie, docteur en philosophie de l'Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Il est Maître de conférences en Histoire et philosophie des sciences à l'Université Grenoble-Alpes. Il travaille principalement sur les questions de causalité en biologie, et les questions de début et de fin de vie. Il a notamment publié, avec Bernard Beignier et Philippe Letellier, L'euthanasie (Paris, Presses universitaires de France, 2001, dernière édition mise à jour 2016, collection « Que sais-je?»).

Patrick Baudry est sociologue et professeur à l'Université Bordeaux-Montaigne. Il a été membre de plusieurs associations de chercheurs et chercheur associé au laboratoire d'Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales du CNRS (LAIOS) dirigé par Marc Abélès. Il est depuis 2016 directeur de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine (MSHA) et depuis 2018, avec Régis Aubry, co-président de la Plateforme nationale de recherche sur la fin de vie. Ses thèmes de recherche sont les suivants : anthropologie de la mort (ritualité funéraire, conduites à risque, fin de vie), sociologie de l'adolescence (modes communicationnels, construction identitaire), anthropologie du corps (imaginaires sexuels), sociologie urbaine (esthétique et culture des villes). Il a notamment publié : L'Addiction à l'image pornographique (Paris, Le Manuscrit, 2016), Pourquoi des soins palliatifs? (Cirey, Éditions Châtelet-Voltaire, 2013), La ville, une impression sociale (Belval, Circé, 2012), La place du mourant, dans Le mourant, (M-EDITER, 2006, en collaboration avec Robert-William Higgins et Jacques Ricot), Violences invisibles, (Paris, Les Éditions du Passant Ordinaire, 2004), Le deuil impossible (Paris, Eshel, 2001, en collaboration avec Henri-Pierre Jeudy), La place des morts: enjeux et rites (Paris, Armand Colin, 1999), Le corps extrême (Paris, L'Harmattan, 1991), Une sociologie du tragique (Cerf, Paris, 1986).

Thierry Collaud est docteur en médecine et en théologie. Après ses études à Genève, Neuchâtel, Fribourg et Washington DC, il a pratiqué à temps partiel la médecine générale durant vingt ans. Depuis 2012 il est professeur de théologie morale spéciale et d'éthique sociale chrétienne à l'Université de Fribourg. Il est également vice-directeur de l'Institut interdisciplinaire d'éthique et des droits de l'homme de l'Université de Fribourg. Il a notamment publié Famille: quelle aventure. Regards chrétiens entre ombre et lumière (Saint-Maurice, Éd. Saint-Augustin, 2021), Démence et résilience, mobiliser la dimension spirituelle (Bruxelles, Lumen Vitae, 2012), Le statut de la personne démente. Éléments d'une anthropologie théologique de l'homme malade à partir de la maladie d'Alzheimer (Fribourg, Academic Press, 2003) et de nombreux articles autour de la problématique de la santé dans une perspective anthropologique et éthique.

Philip Joseph Larkin est professeur ordinaire à la chaire Kristian Gerhard Jebsen de soins palliatifs infirmiers au sein du Service de soins palliatifs et de support du CHUV à Lausanne. Il assure également la responsabilité de la maîtrise en pratique infirmière spécialisée, à l'Institut universitaire de formation et de recherche en soins - IUFRS, Université de Lausanne. De nationalité irlandaise, Philip Larkin a accumulé plus de trente ans d'expérience dans le secteur des soins palliatifs, tant du point de vue clinique qu'académique. Il est devenu une figure importante du domaine en Irlande et ailleurs : professeur à l'University College de Dublin, il a piloté le développement du All Ireland Institute for Hospice and Palliative Care, projet de santé publique, mais aussi projet politique puisqu'il réunit Eire et Irlande du Nord; il préside depuis 2015 l'Association européenne des soins palliatifs (EAPC). Dans ses recherches, il a fait de l'accès des populations vulnérables aux soins palliatifs son cheval de bataille, s'intéressant notamment aux enfants polyhandicapés et en fin de vie. Il s'est également penché sur les populations rurales isolées, comme les montagnards, souvent exclues des soins. Il a notamment publié Compassion the essence of palliative and end-of-life care (London, Oxford University Press, 2016) et avec C. Ingleton, Palliative care nursing at a glance (Hoboken, Wiley, 2016), ainsi que de très nombreux articles.

Damien Le Guay est philosophe, essayiste et maître de conférence à l'École des Hautes Études Commerciales (Paris) et enseigne à l'espace éthique d'île-de-France, à l'espace éthique de Picardie. Il est Président du Comité National d'Éthique du Funéraire. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur les questions d'évolution de la mort et de la perte des rituels : Les morts de notre vie (Paris, Albin Michel, 2015), Le fin mot de la vie (Paris, Cerf, 2014), La mort en cendres : la crémation aujourd'hui, que faut-il en penser? (Paris, Cerf, 2012), Qu'avons-nous perdu en perdant la mort (Paris, Cerf, 2003). De plus, il intervient régulièrement en éthique médicale, soit dans le cadre d'hôpitaux, soit dans des congrès de soins palliatifs, soit dans des journaux, comme Le Figaro ou Atlantico. Il a fait partie pendant six ans du comité d'éthique de la SFAP (Société française d'accompagnement et de soins palliatifs) et vient d'intégrer le Conseil d'Administration de l'ASP-Fondatrice ainsi que le Conseil scientifique de la Fondation Korian pour le bien-vieillir.

Alicia Rey est médecin cheffe de clinique en soins palliatifs à l'Hôpital fribourgeois. Elle s'intéresse tout particulièrement aux enjeux existentiels auxquels les patients en situation palliative doivent fréquemment faire face, notamment des questionnements quant à l'angoisse de mort et au sens de la vie. Elle mène actuellement un projet de recherche sur la confrontation à la mort des étudiants en médecine.

Bernard N. Schumacher est professeur titulaire à l'Université de Fribourg où il dirige le pôle de recherche et d'enseignement «Vieillissement, éthique et droit» à l'Institut interdisciplinaire d'éthique et des droits de l'homme, dont il est le coordinateur. Ses domaines d'enseignement et de recherche sont l'éthique et l'anthropologie philosophique. Il a notamment publié : La pudeur dans les soins (éd.) (Saint-Maurice, Éd.Saint-Augustin, 2021), Levinas et le soin (éds.) (Paris, Grasset, 2019, avec Jean-Philippe Pierron et Agata Zielinski), Le suicide (éds.) (Paris, Cerf, 2019, avec François-Xavier Putallaz), L'éthique de la dépendance face au corps vulnérable (éd.) (Toulouse, Erès, 2019), L'euthanasie de la personne vulnérable (éd.) (Toulouse, Erès, 2017), Quand cesse-t-on de vivre? (Nantes, Cécile Defaut, 2011), Death and Mortality in Contemporary Philosophy (Cambridge, Cambridge University Press, 2011), L'humain et la personne (éds.) (Paris, Cerf, 2008, avec François-Xavier Putallaz), Confrontation avec la mort (Paris, Cerf, 2005), Une philosophie de l'espérance (Paris, Cerf, 2000).
Numéro 14899
Retour à la page précédente Effectuer une autre recherche Retour à la page d'accueil

EXPLICATIONS

La cote indique où se trouve le document dans la bibliothèque.
Cliquez sur un auteur pour voir tous les documents du même auteur, sur l'indice pour voir les documents rangés sur le même rayon, une matière pour voir les documents traitant du même sujet ou une collection pour voir d'autres documents appartenant à la même collection.