Logo

CIDOC
Boulevard de Grancy 29
1006 Lausanne
021 614 03 00
FULL TITLE RECORDS
Title
Le pardon originel : de l'abîme du mal au pouvoir de pardonner / Lytta Basset
Location Libre-accès
Class Mark THÉOLOGIE CONTEXTUELLE Shelf Mark 4-109-45
Type Livre Category Livre
Author(s)
BASSET, Lytta
Edition 3e éd.
Publisher Genève : Labor et Fides, 2005
Format 500 p. ; 23 cm
Series
Lieux théologiques ; 24
Notes Bibliogr. p. [479]-493
ISBN-ISSN 9782830907209
Availability
1 copy/copies

disponibilitéCopy available
Loan duration: 30 days


Reserve this title
Subjects
mal:théologie
culpabilité:théologie
péché (théologie):pardon
pardon:Bible:enseignement
bien:mal:philosophie
Job (livre biblique):mal
péché originel
serviteur souffrant
Passion (théologie)
Evangile de Luc (livre biblique):Passion (théologie)
Évangile de Matthieu (livre biblique):commentaire:extrait [Mt 18]
Abstract Que faire du mal subi, de l'offense personnelle, du malheur impersonnel? Sur le parcours difficile qui mène de l'abîme indicible d'un mal plus originel que toute faute à une contrée de liberté et de pardon, l'auteur pose des jalons bibliques: depuis Job et les impasses de la culpabilité jusqu'à Matthieu qui fait découvrir la possibilité réelle de «laisser aller» tout le mal subi, Lytta Basset déplace l'accent théologique traditionnel d'une question qu'elle humanise: le pouvoir de pardonner prend sa source dans un Pardon originel indissociable du mystère du mal. L'auteur veut s'adresser avec ce livre original à toutes les personnes concernées par le message chrétien mais rebutées par certaines affirmations traditionnelles sur le mal et la souffrance.

Table des matières

- Remerciements

- Avertissement

- Introduction

- 1re Partie : Le mal subi au fondement de l'existence
- Chapitre 1 : Job 3
- Introduction : Qui est Job ?
-I- Un personnage exemplaire ?
-II- Une victime réelle ?
-III- Un personnage vrai
- Le monologue de Job 3,1-10
-I- A quel abîme Job essaie-t-il de faire face ?
-II- Les surcharges d'auto-destruction dans le texte
-III- Où conduit le déchaînement d'auto-destruction ?
- Le monologue de Job 3,11-26
-I- Que signifie l'agitation, le tourment רגז [rogez] pour Job ?
-II- Comment le mal subi devient constitutif de l'identité
-III- Aux antipodes de la « paix », qu'est-ce que le mal absolu pour Job (v. 20-26) ?
-IV- La conclusion du monologue : un cercle sans fin (v. 24-26)

- Chapitre 2 : Une existence qui témoigne d'un mal originel
- L'abîme du mal : une approche nécessairement rétrospective
-I- Comment la vie tombée en abîme devient un absolu pour le sujet qui le vit
-II- Comment la vie tombée en abîme exclut l'existence d' autrui
- La création bonne : une construction a posteriori
-I- Comment l'abîme du mal révèle la non coïncidence de la vie et du Sens
-II- Le paradis d'avant la chute : une construction qui court-circuite la réflexion sur le mal purement subi
-Le mal originel, antérieur au péché originel
-I- Un mal déjà là dans l'ordre de l'expérience
-II- Un mal déjà là dans l'ordre de l'être

- 2e Partie : Les impasses de la culpabilité
- Chapitre 3 : Job 10
- Job ou la faillite de la doctrine de la rétribution
-I- La tentation d'auto-justification
-II- La tentation d'auto-accusation
- L'hypothèse du Dieu méchant

- Chapitre 4 : Les résonances de Job 10
- Introduction
- Une culpabilité qui plonge ses racines dans le mal subi
-I- Une culpabilité "naturelle"
-II- Une culpabilité qui porte les marques du mal originel
-III- Une culpabilité privée en définitive de tout objet
- La ré-action coupable : une quête de Sens
-I- Le satan promoteur de culpabilité et non du mal
-II- L'auto-justification, une manière de nier le mal re-agi
-II- Une culpabilité en quête de Sens
- L'auto-suffisance de la culpabilité, coupée de l'abîme du mal
-I- L'a priori théorique de l'absence d'innocence
-II- Les "bénéfices" d'une culpabilité auto-suffisante
-III- De l'abîme du mal à l'abîme de la culpabilité, l'absence de « devant toi »
-IV- Une illusion au second degré : la négation de la culpabilité

- 3e Partie: Le fantasme de la connaissance du Bien et du Mal
- Chapitre 5 : Genèse 2-3
- Deux mystères contemporains : celui de la vie et celui du mal
- Le non respect de la femme
- Deux arbres en un seul
-I- Le glébeux est « placé » là où la vie est possible
-II- Il y a un Sens à cette mutation
-III- Dieu se place symboliquement au milieu du jardin
- Le Mal et le Bien à jamais dans la sphère de l'inconnaissable
- Juste après l'interdit, la nécessité d'un vis-à-vis pour faire face au mal
- La vocation humaine, plus originaire que le fantasme de maîtrise du Bien et du Mal
- La suggestion du serpent : le salut par la connaissance du Bien et du Mal
- La connaissance du Bien et du Mal : un fantasme d'auto-suffisance
- Le fruit mortel : « voir » dans l'existence de l'autre l'origine du Mal
- La prétention mortelle : connaître le Bien et le Mal
- De l'impasse de la connaissance à l'avenir de la vocation

- Chapitre 6 : De l'enseignement hébraïque à la passion du Christ
- À la base de toute connaissance du Bien et du Mal, une confusion existentielle
- De la confusion à l'aveuglement : l'enfer "normal"
-I- Le double aveuglement
-II- Le mal occulté
-III- Le mal nié
-IV- Le mal reproduit
-V- Le sacrifice d'Isaac Réponse à deux objections
-I- "Quelqu'un a nécessairement commencé" ou le fantasme de l'origine
-II- Le bien et le mal, des notions pourtant nécessaires à la vie en société « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font »

- 4e Partie : La solidarité dans le mal
- Chapitre 7 : Esaïe 52,13 - 53,12
- Quelle est la fonction des répétitions ?
- Le renoncement au regard "naturel" sur l'abîme du mal
- Le regard de Dieu sur l'abîme du mal, dé-voilé par l'attitude du serviteur
-I- L'anonymat est essentiel
-II- La vocation du serviteur est ancrée dans la promesse du Sens à venir
-III- Dieu n'a pas changé
- Le Sens, enraciné dans le mal subi et assumé sans être reproduit
-I- « Nos douleurs, il les a portées/il les porte » (v. 4)
-II- Nos maladies/faiblesses, lui, il les a levées » (v. 4)
-III- Alors « le Seigneur est intervenu en lui concernant le tort de nous tous » (v. 6)
-IV- « Il sera exalté à l'extrême » (52,13)
-V- « Dans sa connaissance, juste, il rendra justice, mon serviteur » (v. 11)
- Un même « nous » qui rejette le mal subi et fait violence à autrui
-I- Une surdité originelle
-II- Un glissement d'une situation de spectateurs à une situation d'acteurs
-III- Shalom : l'enjeu de la démarche
-IV- Un pouvoir de décision bien réel

- Chapitre 8 : Le Christ, serviteur souffrant (Lc 23,26-49)
- Le silence des évangélistes sur Es 52-53 dans les récits de la Passion
-I- L'interprétation messianique d'Es 52-53
-a) Dans le judaïsme
-b) Dans le christianisme
-II- Pourquoi choisir le récit de Luc ?
- À la suite de Jésus, la vocation de serviteur accessible à tout humain
- Jésus face au mal le plus meurtrier : son impuissance tour-née en dérision

- 5e Partie : Le pouvoir de pardonner
- Chapitre 9 : Matthieu 18
- Introduction
-I- Une approche théologique plutôt qu'historique
-II- Quelques écueils à éviter
-III- La vie relationnelle, enjeu du texte
- S'abaisser à entrer en relation, entrer dans le Royaume (v. 1-4)
- Accueillir son enfance blessée ou bien blesser à son tour (v. 5-7)
- Renoncer à une image de soi non entamée par le mal (v. 8-9)
- Se mettre en quête, avec Dieu, de son moi perdu (v. 10-14)
- Se mettre en quête d'autrui « par qui » le mal est « venu » (v. 15-20)
- Laisser aller le mal subi, sans condition, en toute liberté (v. 21-27)
- Prendre conscience de ce pouvoir "de vie ou de mort" (v. 28-31)
- Laisser aller tout le mal subi, pour une vie relationnelle « céleste » (v. 32-35)

- Chapitre 10 : Pour un pardon infini à portée de l'être humain
- Les préalables au pardon
-I- Le renoncement à la culpabilité
-II- La mémoire
-III- La révolte
-IV- Le deuil d'une compréhension totale
-Le pouvoir divin de pardonner, au fondement de l'existence
-I- Dans l'ordre de l'existence temporelle, la primauté du pardon humain
-II- Le pouvoir divin, source du pouvoir humain de pardonner
-III- Remonter à la source, laisser le pouvoir divin s'exercer à plein
-IV- A travers l'offensé-e, le pardon de Dieu lui-même
- Le pouvoir humain de pardonner, une liberté absolue
-I- Une option réelle
-II- L'action humaine par excellence
-III- Une impossible définition

- Conclusion

- Bibliographie

- Table des matières

Biographie de l'auteur

Lytta Basset, pasteure à Genève depuis 1986, est titulaire d'une maîtrise en philosophie (Strasbourg) et d'un Doctorat en théologie (Genève).
Number 63992
Back to previous page Do another search Back to Home Page

EXPLANATION

You will find the title in the library with its shelf mark.
Click on an author in order to find other titles from the same author, on the class mark to find titles aligned on the same shelf, on a subject to find other titles on the same topic or on a series to find other titles belonging to the same series.